Tous les articles par ensemblevenissieux

Conseil du 15/10/18  – Dotation DPV

Pascal Dureau

Madame le maire, Mesdames et Messieurs les élus, Mesdames, Messieurs

Je suis Pascal DUREAU du groupe Ensembles pour Vénissieux.

Notre groupe votera favorablement s’agissant d’une dotation de l’Etat pour la ville de Vénissieux et, pour une fois, qu’il ne faut pas la demander nous avons toutes nos chances.

Par contre puis je vous rappeler l’esprit de la DPV.

Il s’agit de la Dotation pour la Politique de la Ville.

Instaurée dans les années 1980 dans les suites immédiates des émeutes des Minguettes notamment cette dotation est attribuée aux quartiers les plus pauvres de France afin que les municipalités compensent par des équipements le handicap de ses habitants de résider dans un milieu défavorisé socialement et comme nous l’avons vu, mais aussi sanitairement.

La DPV n’est pas une cagnotte dans laquelle vous pouvez piocher pour vos trous de gestion dus à une mauvaise conduite des affaires de la Mairie.

Je ne peux que me rappeler l’effarement d’un des membres du défunt conseil citoyen lorsque je lui ai indiqué les vrais chiffres et de découvrir de quels moyens la ville était dotée pour cette mission et donc quelles priorités le conseil citoyen aurait pu désigner.

Au lieu de cela ce furent les miettes d’une gestion hasardeuse avec le Trafalgar de la Cuisine Centrale qui engloutit les espoirs des habitants des Minguettes.

Encore une fois vous ne respectez pas l’esprit de la loi et vous servez de cette somme destinée à réduire les inégalités pour boucher vos trous de gestion.

Les Habitants des zones des quartiers de la politique de la Ville doivent savoir que l’Etat a payé mais que la Mairie leur a soustrait cette aide.

Finalement on peut même se poser la question si la non prise en compte de cette politique de l’Etat par Le Municipalité actuelle, n’est pas source des malaises des habitants de ces QPV et finalement en partie responsable des incivilités répétées et du mal vivre qui y règne.

 

Conseil du 15/10/18  – Approbation d’un prêt au profit de la régie Amstrong

Lotfi Ben Khelifa

Madame le maire,

Le moins que l’on puisse dire, c’est que vous savez être synthétique quand cela vous arrange…

Ce très court rapport nous demande de voter une avance de 60 000 euros de trésorerie à la régie Armstrong qui connaît des “difficultés de gouvernance” et qui est “accompagnée par un administrateur judiciaire

Qu’en termes choisis ces choses là sont elles dites !

La réalité est beaucoup moins glorieuse

C’est le Tribunal de grande instance qui s’occupe désormais de la régie Armstrong car la situation est dramatique.

Au lieu de nous enfumer avec un rapport qui ne présente rien, pourriez vous au moins répondre à quelques questions qui nous inquiètent et qui inquiètent aussi les salariés et les administrateurs

Le président du tribunal a t il décidé de tenir la séance du 9 octobre à huis clos en demandant à votre adjoint, Idir Boumertit, de quitter la salle ?

Votre adjoint a t il envoyé une lettre de menaces à l’administrateur judiciaire ?

Cette association a t elle bien déposé en préfecture les PV justifiant du changement de son conseil d’administration ?

Est il exact que des poursuites pénales ont été évoquées à l’occasion de cette audience ?

Est il exact que les dettes fiscales et sociales s’élèves à plus de 400.000 euros?  

Est il exact que le chiffre d’affaire de la régie a baissé de presque 300.00 euros?

Pouvez vous nous confirmer que ni la métropole, ni l’état, ni les bailleurs ne sont prêts à soutenir la régie de quartier ?

Vous comprendrez bien que ce n’est pas cette petite trésorerie de 60 000 euros qui va régler une situation qui semble beaucoup plus grave.

Le conseil municipal a le droit de connaître la réalité. La municipalité siège au conseil d’administration de cette association et vous devez être en possession de ces information.

Plutôt que de faire un prêt à la régie Armstrong, ce qui lui ajouterait une dette de plus, si vous voulez vraiment sauver la régie, pourquoi ne pas lui attribuer une subvention exceptionnelle à hauteur du réel déficit, dont vous connaissez le montant?

Les salariés qui risquent leur emploi, les administrateurs qui risquent des poursuites pénales vous écoutent.

 

Conseil du 15/10/18  – PPGID, Service accueil et d’information des demandeurs

Anne-Cécile Groléas

Anne-Cécile Groléas, j’interviens au nom du groupe “Ensemble pour Vénissieux”,

Mr Millet, Comme cela est rappelé dans le plan partenarial proposé par la Métropole de Lyon, le développement du logement social se doit de répondre à deux enjeux : accompagner les publics les plus fragiles dans l’accès au logement et contribuer à la construction d’une mixité sociale. Je me suis exprimée à de nombreuses reprises sur l’erreur que vous commettez à ne vous attacher qu’à la profusion de logement social.

En effet, votre politique effrénée de construction de logement social depuis 80 ans a aboutit fatalement à la création dans la ville, de lieux dominés par la pauvreté, la précarité et l’insécurité ce qui démontrent à quel point vous faites fausse route.

Ce que je ne comprends pas c’est que vous refusez d’assumer pleinement les impacts de vos décisions politiques lorsqu’il s’agit de l’accueil, de l’enregistrement et du conseil aux habitants en matière de logement social.

Dans ce rapport, vous proposez de limiter l’implication de la ville de Vénissieux aux accueil de type 1 et 3.

Les accueils de type 1 et 3 ne permettent pas de gérer les enregistrement des dossiers de demandeurs de logement social.

Les Vénissians devront aller à LYON pour se faire enregistrer.

C’est insuffisant : comme chaque habitant de cette ville, je m’attends à ce que vous fassiez intégralement votre travail, que vous mettiez en place les moyens pour un accueil décent de la population et donc que vous preniez en charge également l’accueil de type 2, celui qui permet d’accueillir enregistrer et conseiller les demandeurs.

Il est bien trop facile de taper sur la tête de la Métropole et de l’Etat, puis de donner un avis réservé sur la délibération précédente pour demander des renforts sur des missions qui nous incombent.

Vous êtes nos représentants à la Métropole et nous attendons que vous fassiez votre travail et assumiez vos responsabilités

 

Assumez vos responsabilités.

 

Conseil du 15/10/18 – Projet de plan partenarial de gestion de la demande de logement social et d’information des demandeurs de la métropole de lyon ( ppgid)

Lotfi Ben Khelifa

“Je vous parle d’un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître…”

C’était en 2005 à l’occasion du référendum pour le traité sur la constitution européenne.

Un référendum, on y répond par oui ou par non.

Eh bien André Gerin avait répondu par… sa propre constitution !

Il avait écrit son texte, dans son coin, et il l’avait fait distribuer à tout vénissieux.

Il n’a peur de rien André !

Bon personne n’avait voté pour son texte, mais c’est pas grave.

A croire que vous êtes tous comme ça. on vous pose une question, vous répondez par autre chose…

Quand la métropole vous demande un avis sur le projet de pacte de cohérence métropolitain… vous faites des amendements !

Ce n’était toujours pas la question.

La métropole demandait “avis favorable ou avis défavorable”

Mais vous avez répondu : il faut ajouter un article ici, en supprimer un là…

Inutile de vous dire que cette délibération n’a servi à rien…

Re-belotte avec ce plan partenarial de gestion de la demande de logement social et d’information des demandeurs de la métropole de lyon, le fameux P. P. GID.

La métropole l’a élaboré comme la loi l’y oblige, et elle demande un avis aux communes.

Notre réponse doit être claire : favorable ou défavorable.

Il n’existe pas en droit un “avis favorable oui mais”, ou un “avis défavorable mais pas vraiment” .

Vous proposez d’émettre “un avis réservé”.

Mais ça n’existe pas un avis réservé. Renseignez vous avant d’écrire votre délibération hors sujet.

Au mieux la métropole va comptabiliser votre “avis réservé” comme un avis défavorable.

Mais vous n’avez même pas le courage de proposer au conseil cet avis défavorable.

Cela aurait eu pourtant le mérite d’indiquer qu’encore une fois, que vous ne souhaitez pas partager avec la métropole, que vous ne souhaitez pas collaborer avec la métropole, et que vous souhaitez construire un mur entre Vénissieux et le reste de la métropole.

Mais il semble que vous ne soyez même pas capable de formuler avec clarté une telle position.

Nous ne prendrons pas part à ce vote qui ne répond pas à la question