Conseil municipal du 7 décembre Vénissieux

Clientélisme ? Plagiat ? Rien n’a changé !

Camille Champavère, Farid Ben Moussa et Lotfi Ben Khelifa

Hier, avec Camille et Farid, nous avons participé au conseil municipal de Vénissieux, pas moins de 45 rapports avec des interventions interminables. On se demande bien pourquoi il n y a pas de conseils municipaux chaque mois pour alléger l’ordre du jour ?

Nous sommes intervenus sur le règlement intérieur du conseil municipal qui ne mentionne aucun droit pour les élus de l’opposition. Nous avons rappelé au maire que l’utilisation des véhicules de service de la ville par sa première adjointe et elle-même, était réglementée.

Nous sommes intervenus sur le développement durable, parce que nous considérons que la ville n’en fait pas assez et que les discours doivent coller aux actes.

Puis, nous avons écouté, le maire sur son orientation budgétaire. Débattre, avec les communistes – illusion – une équipe sourde et dans le déni. Notre ville sombre dans la misère parce que le maire n’a pas d’audace, ni d’ambition, ni de courage ! Sauf à augmenter les tarifs sociaux +2%, rien que ça !

Et comme dans notre pays les évolutions de la société ne se font qu’a coup de loi et de décret, est arrivé le rapport obligatoire sur l’égalité entre les femmes et les hommes. On aurait pensé que le maire, vu ses prises de position féministe, serait proactive en la matière. Que nenni ! Quelle déception pour les femmes qui travaillent au sein de la collectivité, même frilosité sur pour le plan d’action pluriannuelle égalité Femme / Homme

Plagiat création d’un service d’une garderie, Quand on n’a pas idée, on pique celle des autres ! Comme pour « les repas avec et sans viande »….sans conviction, sans tabou, sans gêne, sans honte, sans vergogne, la mairie met en place ce service, alors que nous portons ces propositions depuis 2014

Clientélisme ? Plan de soutien aux associations Vénissieux Aujourd’hui pour demain. Il y a les associations choisies par la mairie en vase clos, sans aucune transparence, qui bénéficieront de deux subventions et il y a les autres, celles qui n’auront rien, malgré ce contexte de crise sanitaire et leur investissement au quotidien sur le terrain.

 

Avant dernier conseil municipal…

C’était hier l’avant dernier conseil municipal du mandat, et, qui sait, peut être l’avant dernier conseil municipal présidé par Michèle Picard…

Comme je m’y étais engagé au début du mandat, j’avais examiné les rapports soumis au conseil et préparé mes interventions sur les sujets qui me semblent les plus importants pour notre ville.

Je suis notamment intervenu lors du débat d’orientation budgétaire pour rappeler que cette municipalité a augmenté de 5% tous les impôts au début du mandat, pour souligner que le montant global des subventions avait considérablement baissé au cours des 10 dernières années et pour dénoncer à nouveau le soutien par la mairie de nouvelles constructions de logements sociaux dans des quartiers qui en comptent déjà beaucoup trop.

J’ai été seul à porter la voix de la contestation, mes anciens co-listiers ayant préféré un mutisme difficilement compréhensible. Je n’ai pas à rougir de mon engagement de conseiller municipal d’opposition. En relisant les quelques 260 articles publiés sur ce blog et les près de 500 interventions au conseil municipal, je considère avoir honoré mon mandat d’élu des vénissians, fut il un élu d’opposition ! 

C’est désormais le temps de la campagne pour les prochaines élections municipales. J’ai décidé de rejoindre le mouvement initié par Yves Blein “Nous, Vénissieux !”, et j’invite tous ceux qui ont pu me suivre durant ces 6 ans à faire de même. 

Nous nous retrouverons fin mars dans la même salle du conseil municipal pour élire le nouveau maire de notre ville, et je souhaite de tout coeur pouvoir voter… pour qui vous savez !

au conseil municipal du 14 octobre 2019

On n’est jamais bien trahi que par les siens…

Alors que nous avons depuis plus de 5 ans défendu une autre façon de faire de la politique au service des Vénissians, j’ai appris au conseil municipal d’hier que mes collègues Pascal Dureau et Anne Cécile Groléas avaient décidé de quitter le groupe Ensemble pour Vénissieux

En politique, les désaccords sont naturels et sans doute nécessaires ! Mais entre personnes adultes et responsables, ces désaccords se règlent dans la discussion et l’échange.

Mes anciens collègues n’ont pas eu le courage de m’annoncer leur décision et c’est une information du maire qui l’a officialisé. 

Je regrette cette situation, et je continuerai donc, seul, à porter le fer contre l’actuelle municipalité comme je l’ai fait lors du conseil municipal du 14 octobre.

Vous pouvez retrouver mes interventions sur  nouveau programme de renouvellement urbain, la consolidation du plan Climat Air Energie de la ville, le projet de Cité Éducative ou  le bilan du journal Expressions

Retour sur le conseil du 17 juin 2019

Comme les conseils municipaux sont une épreuve pour Michèle Picard, elle tente de réduire au maximum leur nombre. Avec une conséquence tragique pour ses conseillers municipaux – et le public – un nombre très important de dossiers à examiner en une seule soirée !

Et pour faciliter la tâche, les conseils débutent désormais par l’intervention de la police demandée en renfort pour faire évacuer la salle des quelques habitants des Minguettes qui souhaitaient seulement se faire entendre.

cela ne nous a pas empêché de faire notre travail d’élus d’opposition en intervenant sur les rapports qui nous semblent les plus importants.

En dénonçant à nouveau la gestion budgétaire de la mairie, en développant notre position sur le noeud ferroviaire lyonnais, en votant contre l’avis sur la création de la ZAC Montmousseau qui prévoit une usine de concassage dans le quartier, en dénonçant le ridicule accord avec l’aménageur du Grand Parilly,  et en demandant quand sera enfin livré le nouveau siège de la Sacoviv

Mais le rapport sur la dotation politique de la ville nous a donné l’occasion d’interroger la mairie sur la construction de l’annexe provisoire du collège Alain… et sur le choix du site du nouveau collège du sud est lyonnais. Et devinez : nous n’avons pas eu de réponse !