La démocratie… à la schlague ?

liberté

Est-ce parce que notre maire est désormais pleinement en campagne électorale pour devenir député ?

Toujours est il que l’ordre du jour du jour du conseil municipal du 15 mai était particulièrement succinct.

Quelques rares et obscurs rapports sur la politique de la ville, la protection fonctionnelle des élus,  ou les désormais traditionnelles demandes de garanties d’emprunt pour construire encore et encore des logements sociaux.

Mais l’essentiel de ce conseil n’était pas sur les tables des conseillers municipaux.

Nous avons profité d’une prise de parole en début de conseil pour dénoncer la scandaleuse tentative d’intimidation menée par la mairie à l’encontre de tous les internautes qui osent critiquer sur internet la politique menée par Michèle Picard.

Aprés s’être attaquée – en vain – au bloggeur de venissieuxinfo.fr,  trois vénissians ont été assignés devant le tribunal pour fait d’injure publique, au mépris le plus total de la liberté d’expression.*

Une liberté d’expression qu’entendait bien défendre une cinquantaine de citoyens… mais qui se sont vu refuser l’accès à la salle du conseil.

Décidément, à Vénissieux, c’est la démocratie… à la schlague !

 

*Lotfi Ben Khelifa s’est présenté ce 16 mai au tribunal pour se voir informer du renvoi de l’affaire au 17 octobre… 

papier_jpg

Au conseil municipal de printemps…

Un conseil municipal, c’est du papier, beaucoup de papier, des kilos de papier !

Entre les rapports à proprement parler et les annexes, les conseillers municipaux se trouvent souvent avec une demi-ramette à lire… ou pas !

C’est l’impression que nous avons eu ce lundi 20 mars alors que Pascal Dureau a fait remarquer au maire qu’il manquait une page dans le rapport sur l’atelier santé ville, ou lorsqu’Anne Cécile Groléas a pointé les manques et erreurs de pagination du Plan de déplacement urbain.

Ce n’est pas grave s’il manque des pages, passons au vote”, c’est en substance la réponse qui nous a été donnée, et tant pis pour les conseillers municipaux qui, comme nous, font leur travail en lisant tous les rapports. Continuer la lecture de Au conseil municipal de printemps…

a

Nouvelle députée ? nouveau maire !

ça y est ! nous avons un nouveau député !

Il s’agit même d’une députée puisqu’à en croire le tout nouveau site de Michèle Picard (michelepicard2017), elle est désormais notre “députée de combat”.

Que les distraits se rassurent, l’élection n’a pas encore eu lieu, et cette “accroche publicitaire” ne signifie pas que Michèle Picard est déjà élue !

Pour autant, il n’est pas trop tard pour se poser une autre question : Si l’actuelle maire de Vénissieux est élue députée, elle devra immédiatement démissionner de sa charge municipale.

C’est la loi du 14 février 2014 limitant le cumul des mandat qui l’impose et il n’y a donc pas d’alternative.

Mais qui sera alors le nouveau maire de Vénissieux ? Continuer la lecture de Nouvelle députée ? nouveau maire !

« Devant un tel mépris, nous ne pouvons que quitter la salle ! »

3 chaises vides…

La politique de la chaise vide n’est jamais une bonne chose, mais le mépris qui nous a été affiché lors du conseil municipal du 31 janvier n’était pas acceptable et nous avons décidé de quitter la salle.

Nous avions pourtant débuté en alertant le maire sur le risque qu’elle prenait en proposant d’adopter le budget à ce conseil.

Comme nous l’avons clairement expliqué, en l’absence de vote du débat d’orientation budgétaire, celui ci est réputé ne pas avoir eu lieu, et chacun sait qu’on ne peut pas adopter un budget sans débat préalable.

Nous avons donc recommandé à madame le maire de reporter l’adoption du conseil.

Celle ci n’a même pas daigné nous répondre. Elle a demandé à son directeur général de bredouiller quelques explications incompréhensibles et a poursuivi l’examen de l’ordre du jour.

Nous avons du subir l’interminable lecture  de la présentation du budget par son adjoint aux finances pour pouvoir dénoncer l‘augmentation des taux des impôts, l’état de la dette et les petits arrangements avec les vacataires de la mairie qui n’ont pas été payés en novembre et décembre.

Puis, pour dénoncer cette attitude inadmissible d’une maire qui n’écoute personne, nous avons quitté la salle.

Dommage pour le public qui n’aura pas pu écouter les interventions d’Anne Cécile Groléas sur la fin du Sival et nos propositions de noms de nouvelles rue aux Puissoz… en musique !