conseil du 5/02/18 – protocole d’accord travaux sur les serres

Anne Cécile Groléas

Madame le maire, messieurs mesdames les adjoints : BRAVO!

Oui, vraiment bravo pour avoir enfin trouver un protocole d’accord après plus de 7 ans de litige.

Mes félicitations pour avoir trouvé une issue  favorable à la ville d’autant plus que votre responsabilité ( celle de la ville ) était engagée…

enfin favorable, façon de parler…

Rappelons les faits :

la société Voltige domicilié à Metz (on n’aurait pas trouvé  de couvreur-zingueur de qualité plus proche…) obtient un contrat pour un montant de 140 000€ en juin 2010.

La société  a effectué les travaux sous la maîtrise d’oeuvre de la ville, ce qui veut dire que c’est la ville qui  a fait la conception du projet et qui a mené la conduite de tous les travaux.

A la réception des travaux en octobre 2011 la ville émet des réserves mais passe à côté des problèmes les plus importants et on se retrouve alors les pieds dans l’eau.

Après il faut s’armer d’un peu de patience car l’histoire va durer plus de 6 ans.
6 ans où on essaye de mettre des pansements sur une jambe de bois.


Où il faut aussi trouver une solution pour les vestiaires impraticables, et pour entreposer le matériel sans qu’il ne s’abîme.
Coûts du « désordre »- les juristes ont le sens de la formule : 190 000€.
Auquel il faut rajouter le coût des « préjudices complémentaires » estimés par la ville à 157 000€.
Soit un total en réalité de 348 000€.
Un protocole d’accord à 155 000€ au bout de 6 ans, c’est près de 200 000 € d’argent public qui partent en fumée, ou plutôt qui partent à vau-l’eau !  C’est 7 € par famille.

Vous soulignez souvent les difficultés financières de la communes, les contraintes budgétaires imposées par l’Etat, trop lourdes à supporter.
Comme la chambre régionale des comptes ne cesse de vous le rappeler la première des économies réside toujours dans un bonne gestion – ce que vous peinez à démontrer sur ce dossier.

On peut par exemple parler de l’école de musique?

Que va faire la ville pour les fuites d’eau signalées, les infiltrations, très mauvaises pour les instruments de musique et les utilisateurs de cette belle école municipale ?

Irons-nous à un accord à l’amiable ?

Je me permets de vous suggérer quelques idées pour la suite du mandat :

  1. Dans vos appels d’offres, privilégiez les entreprises locales par des clauses environnementale et d’insertion au lieu d’aller chercher une entreprise à 500 km et profitons de nos marchés publics comme d’un levier pour l’emploi.
  2. Quand un prestataire est à l’origine d’un tel préjudice pour la commune, veillez à ce qu’il ne soit pplus retenu sur d’autres marchés – d’ailleurs je voudrais être rassurée : merci de confirmer que vous n’avez pas accordé d’autres marchés à la société Voltige depuis 2011.
  3. Prendre la responsabilité de maîtrise d’oeuvre ne doit pas être fait avec légèreté : vérifiez d’abord qu’on en a la compétence.
  4. Enfin, madame la 1ère adjointe, vous avez du courage, vous auriez pu allez au contentieux sans attendre 6 ans. Vous nous avez habitué à y aller plus promptement…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *