conseil du 31/01 – subventions aux associations

subvention 2017 aux associations.  LOtfi Ben Khelifa

Le progrès nous informe aujourd’hui que le syndicat CGT appelle à la grève en raison de la baisse annoncée de la subvention de la ville au comité d’activité sociale et culturelle, le CASC

Il semble que la baisse d’un euro par mois et par agent bénéficiaire des actions du CASC ne soit pas acceptable.

Décidément, si même la CGT s’oppose à cette municipalité, c’est que quelque chose ne tourne pas rond !

A lire les tracts de la CGT, nous y avons découvert la confirmation de nos inquiétudes.

Au mois de novembre, pour des raisons encore inexpliquées, le trésorier payeur n’a pas voulu payer les vacataires de la mairie.

Il semble que les mandats,  ou les contrats, ou l’imputation n’ait pas été correctement rédigés.

Paniquée à l’idée de ne pas pouvoir payer ses vacataires, il apparaît que la mairie à demandé au CASC de le faire à sa place.

Bien sûr, il ne s’agit pas de feuille de salaire. Nous aurions été là dans un abus de bien social manifeste.

Non, la mairie a demandé au CAS de verser à environ 80 nouveaux vacataires qu’elle ne pouvait payer un prêt allant de 20 à 800 € pour un montant total de 23 000 euros

Ces sommes ont été réglés par la commission aides financière du CAS pour les mois de novembre et de décembre

Bien sûr chaque vacataire a signé un document dans lequel il s’engage à rembourser cette avance une fois que son salaire sera enfin versé par la mairie.

Récemment ces mêmes vacataires ont reçu une lettre de mise en demeure de la mairie, leur demandant de rembourser rapidement les sommes perçus….

Donc les vacataires qui n’ont pas été payés par la mairie ont été payés par le CASC et aujourd’hui ils doivent rembourser une sommes qui n’est autre que leur salaire.

Il s’agit en fait d’une affaire assez grave, même si nous ne pensons pas qu’elle puisse être pénalement qualifiée.

Nous ne pensons pas non plus que le CASC ait mal agi. Au contraire, il est dans son rôle quand il vient en aide dans l’urgence

Mais que la mairie de vénissieux, celle qui revendique son action sociale, ne soit même pas fichue de garantir à ses vacataires une paie une fois le travail effectué, cela nous semble tout simplement incroyable.

Encore une fois, ce sont les plus fragiles, les plus pauvres, qui paient les pots cassés de votre gestion incertaine de la ville

non seulement ils ont été payé tardivement, mais en plus ils vont devoir se déplacer pour rembourser leur prêt.

Cette légèreté est incroyable de la part d’une municipalité qui se targue d’être communiste.

Notre question est simple. Avez vous enfin réglé ce problème et quelle action allez vous entreprendre pour dédommager les vacataires du préjudice subi ?

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>